Espace professionnel

Réouverture du LAEP «BETA FE» le 1er juillet 2020

Le Lieu d'Accueil Enfants Parents" BETA FE" réouvre ses portes sur
rendez-vous les mercredis et jeudis sur deux plages horaires
9h00 à 10h15 et de 10h45 à 11h30.

Les dispositifs de la parentalité

Le Contrat Local d’Accompagnement à la scolarité (CLAS)

« Ensemble des actions visant à offrir, aux côtés de l'École, l'appui et les ressources dont les enfants ont besoin pour réussir ; appui qu’ils ne trouvent pas toujours dans leur environnement familial et social »

L’Ecole s’efforce de développer diverses formes d’aide et de soutien aux élèves pour mener ces derniers à la réussite et à l’accès au savoir.

Différentes organisations accompagnent l’Ecole dans cette démarche et jouent ainsi un rôle de compléments et de partenaires aux démarches éducatives de l’Ecole. Ces organisations doivent entretenir des liens particuliers avec les écoles et les villes afin de développer des thématiques et des activités en cohérence avec les souhaits et les programmes de l’école.

L’accompagnement à la scolarité s’adresse à tous les jeunes des écoles primaires, collèges et lycées et plus particulièrement aux jeunes en difficultés qui nécessitent une attention particulière et un cadre propice au travail et à l’accès au savoir.

Ainsi, la principale priorité est de compenser les inégalités qui subsistent dans l’accès à la culture et au savoir, écart souvent creusé pendant le temps où les enfants et les jeunes ne sont pris en charge ni par l’école ni par les parents. Outre les diverses activités mises en places pour les jeunes et les enfants après leur enseignement scolaire, l’accompagnement à la scolarité vise aussi à informer les parents et à les accompagner dans le suivi de la scolarité de leurs enfants.

Une solution complète et adaptée aux besoins des jeunes dans leur apprentissage des connaissances

Mis en œuvre en partenariat, le Clas s’inscrit dans les politiques éducatives territoriales, vise au renforcement de l’égalité des chances des enfants et des jeunes, et concourt à la prévention des difficultés des enfants en lien avec leur scolarité.

Ce dispositif figure parmi les leviers de la politique d’action sociale des Caf en matière de soutien à la parentalité, il participe à la valorisation des compétences et des responsabilités éducatives des parents.

Les actions soutenues sont dispensées durant l’année scolaire.

Elles ont lieu en dehors du temps de l’école, sont distinctes des actions d’aide individualisée ou de soutien scolaire mises en œuvre par les établissements scolaires.

Elles sont articulées avec les projets des établissements scolaires et les actions menées par les réseaux d'écoute, d’appui et d’accompagnement des parents - R.E.A.A.P

Centrées sur l’enfant, les actions doivent susciter son adhésion et celle de sa famille, faciliter les relations entre les familles et l’école, accompagner et aider les parents dans le suivi et la compréhension de la scolarité de leur(s) enfant(s).

Pour aller plus loin

Le Contrat Local d’Accompagnement à la scolarité (CLAS)

Le Clas en Martinique

 

Le Réseau d’Écoute d’Appui et d’Accompagnement des Parents (REAAP)

UN RÉSEAU POUR LES PARENTS ET LES PROFESSIONNELS

"Parce qu'il n'est pas toujours facile d'être parent..".
Le réseau d'écoute, d'appui et d'accompagnement des parents a pour objectif de valoriser le rôle et les compétences des parents dans l'éducation de leurs enfants.
Il rassemble parents, professionnels, associations, institutions qui proposent des actions de soutien à la parentalité.

Le Réseau d’Écoute d’Appui et d’Accompagnement des Parents, piloté par la Caf, vise à répondre aux évolutions de la famille en apportant un soutien aux parents dans leur fonction parentale.

La parentalité désigne l’ensemble des façons d’être et de vivre le fait d’être parent. C’est un processus qui conjugue les différentes dimensions de la fonction parentale, matériel, psychologique, morale, culturelle, sociale. Elle qualifie le lien entre un adulte et un enfant, quelle que soit la structure familiale dans laquelle il s’inscrit, dans le but d’assurer le soin, le développement et l’éducation de l’enfant...
Elle s’inscrit dans l’environnement social et éducatif où vive la famille et l’enfant.

DEFINITION DE LA PARENTALITE, EXTRAITE DE LA CIRCULAIRE DU 7 FEVRIER 2012.

« La parentalité désigne l’ensemble des façons d’être et de vivre le fait d’être parent. C’est un processus qui conjugue les différentes dimensions de la fonction parentale, matérielle, psychologique, morale, culturelle, sociale. Elle qualifie le lien entre un adulte et un enfant, quelle que soit la structure familiale dans laquelle il s’inscrit, dans le but d’assurer le soin, le développement et l’éducation de l’enfant. Cette relation adulte/enfant suppose un ensemble de fonctions, de droits et d’obligations (morales, matérielles, juridiques, éducatives, culturelles) exercés dans l’intérêt supérieur de l’enfant en vertu d’un lien prévu par le droit (autorité parentale).
Elle s’inscrit dans l’environnement social et éducatif où vivent la famille et l’enfant. »

A QUOI SERT LE REAAP ?

Le Réseau d’Ecoute d’Appui et d’Accompagnement des Parents a pour objectif de soutenir les parents dans leur fonction d’éducation auprès de leurs enfants.
Il permet :

  • De faire connaître des initiatives qui s’appuient sur le savoir-faire et les compétences des parents
  • De favoriser la mise en place et la promotion des actions de soutien à la fonction parentale
  • De contribuer à la connaissance mutuelle des acteurs, afin de faire du lien pour accompagner les pratiques

Il s’adresse à tous les parents, les bénévoles et les professionnels.

EN QUOI LE REAAP PEUT-IL VOUS AIDER ?

Il peut :
Vous accompagner à apporter des réponses aux questions, aux préoccupations, aux difficultés des parents face à l’éducation de leurs enfants
Vous aider à rencontrer d’autres porteurs de projets qui ont eu les mêmes interrogations que vous
Soutenir financièrement la réalisation des actions (lien subvention)
Faire connaître vos actions auprès des parents, des bénévoles, des professionnels, des institutionnels

HISTORIQUE DU REAAP

Parce que la famille est le premier lieu de construction des repères, parce que la fonction des parents n’est pas toujours facile, le Gouvernement a décidé lors de la conférence de la famille du 12 juin 1998 de mettre en place des réseaux d’écoute d’appui et d’accompagnement des parents destinés à répondre aux besoins concrets des familles et à conforter les parents dans l’exercice de leur fonction éducative.
La circulaire du 9 mars 1999 et la charte qui l’accompagne ont défini les modalités générales de mise en oeuvre et les processus de financement de ce dispositif.

Les orientations des REAAP sont précisées par circulaires interministérielles

Le Reaap s’inscrit également dans les récentes lois de cohésion sociale.

Charte des REAAP (doc à télécharger)

LES GRANDS PRINCIPES ANIMANT LES REAAP

1) Aider les parents en prenant appui sur leurs savoirs faire et ressources. Les REAAP doivent avoir pour objectif d’aider les parents à esquisser, notamment, des réponses aux questions qu’ils se posent sur l’exercice de leur parentalité mais aussi face aux difficultés qu’ils peuvent rencontrer avec leurs enfants.

2) Respecter les principes de neutralité politique, philosophique et confessionnelle. En vertu de ces principes, il convient de veiller à ce que les actions s’adressent à toutes les familles quelles qu’elles soient. Les actions doivent se dérouler dans une acceptation de la diversité des formes d’exercice de la fonction parentale et éviter toute stigmatisation des personnes présentes.

3) Les parents sont les acteurs privilégiés des réseaux. Les professionnels interviennent en appui en apportant des compétences particulières (animation de groupes de paroles, appui technique aux parents engagés dans l’animation d’action conseil ou orientation vers les dispositifs existants...).

4) L’inscription du dispositif dans une démarche partenariale tant au niveau de la réflexion que du développement des actions menées dans le cadre des REAAP.

MISSION DU REAAP

Permettre la mise en réseau d’actions visant à conforter, à travers le dialogue et l’échange, les compétences des parents et la mise en valeur de leurs capacités dans le respect et le soutien de chacun

OBJECTIF DU REAAP

AIDER LES PARENTS, TOUS LES PARENTS DANS LEUR FONCTION PARENTALE
Toutes les familles, de tous milieux sociaux, de toutes les origines culturelles peuvent se poser des questions quant à l’éducation de leurs enfants, et souhaitent disposer de lieux d’échanges, de services adéquats, de professionnels confirmés.

1 - Mettre à la disposition de tous les parents les moyens leur permettant :
- d’assurer leur rôle éducatif,
- de valoriser leurs compétences,
- de les conforter dans leur rôle éducatif
2 - Favoriser l’animation et la mise en réseau de tous ceux qui contribuent à conforter les familles dans leur rôle structurant vis à vis des enfants (Renforcer et développer les initiatives existantes ; Susciter de nouvelles actions)

QUI CONSTITUE LE REAAP ?

C’est un réseau mixte de parents organisés ou non en associations, de professionnels et d’élus.
Un REAAP se met en place sur un territoire grâce à deux instances locales :

  • Le Comité de Financeurs
  • Le Comité d’Animation Départementale

Ce Réseau est structuré par des instances de pilotage et des instances techniques.

PILOTAGE, ANIMATION, COORDINATION

Caisse d’Allocations Familiales de la Martinique.

MISSIONS

  • Animation, coordination et soutien logistique du dispositif.
  • Information et communication avec le réseau.
  • Mutualisation des moyens d’action
  • Centre de ressources pour les porteurs de projets (Site Internet…).
  • Aider à l’émergence et au développement de projets thématiques ou territoriaux.
  • Assurer un rôle d’interface entre les porteurs de projets et les partenaires institutionnels (Comité de Pilotage et Comité de Financement).
  • Préparer les Comités de Financement et apporter un appui technique et méthodologique aux porteurs de projets.
  • Veiller à la circulation des informations
  • Favoriser le partage d’expérience.
  • Participer à l'articulation du réseau avec l’ensemble des dispositifs de soutien à la parentalité (médiation familiale, CLAS, Laep…).

COMITE DE FINANCEURS

Instances représentatives :

  • CAF : Caisse d’Allocations Familiales de la Martinique
  • CACEM : Communauté d'Agglomération du CEntre de la Martinique
  • CAESM : Communauté d'agglomération de l'Espace Sud de la Martinique
  • CAP NORD MARTINIQUE : Communauté d'agglomération du Pays Nord Martinique

Le comité permet de :

  • Elaborer l’appel à projet commun à l’aide d’un formulaire unique
  • Valider les projets proposés
  • Veiller au respect des principes de la Charte
  • Cofinancer les actions du réseau

COMITE D’ANIMATION DEPARTEMENTALE
Il favorise la synergie entre les services publics et les associations qui interviennent auprès des familles et encourage l'implication des parents dans les initiatives.
Il est composé de partenaires institutionnels et d'associations représentant le point de vue des parents
Il est composé de partenaires institutionnels et associatifs :

  • Caf
  • Préfecture
  • CACEM
  • CAESM
  • CAP NORD MARTINIQUE
  • DJSCS : Direction Départementale de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion Sociale
  • ACSE
  • Les CUCS
  • Éducation Nationale
  • Direction Départementale de la Protection Judiciaire de la Jeunesse
  • Association des Maires de la Martinique
  • Fédération départementale de l’union des CCAS
  • Déléguée aux droits des femmes et à l’égalité
  • Union Départementale des Associations Familiales
  • Les Association de Parents d’élèves

Le comité permet de :

  • Mettre en oeuvre une politique territoriale de soutien à la fonction parentale permettant de favoriser et valoriser le lien parent-enfant
  • Définir les orientations du réseau et définir des objectifs communs, pour le territoire
  • Orienter et proposer des décisions sur les actions à mener
  • Organiser la circulation de l'information, la mutualisation des initiatives et des savoirs-faire
  • Stimuler le développement et la création d'actions d'accompagnement en faveur des parents en collaboration avec les acteurs locaux
  • Favoriser le lien entre les acteurs engagés

Le soutien à la médiation familiale s’intègre dans le cadre de la politique d’appui à la parentalité.

Le ministère chargé de la famille, le ministère de la justice, la caisse nationale des allocations familiales (CNAF) et la caisse centrale de mutualité sociale agricole (CCMSA) sont convenus d’accompagner le développement de la médiation familiale par la signature le 30 juin 2006 d’un protocole national, qui définit les conditions de cette coopération concertée pour une durée triennale.

Les préfets (directions départementales de la cohésion sociale (DDCS) et les directions départementales de la cohésion sociale et de la protection des populations (DDCS-PP)), les services déconcentrés du ministère de la justice, les caisses d’allocations familiales (CAF) et les caisses de mutualité sociale agricole (CMSA) avaient été appelés à cosigner un protocole départemental de développement de la médiation familiale.

La signature de ce protocole a permis de mettre en place le comité départemental de coordination et d’accompagner le développement de l’offre de service conformément aux objectifs poursuivis.

Vous êtes concernés par un conflit familial, une situation de séparation ou de rupture de liens,
Vous êtes soucieux l’un et l’autre de préserver vos enfants des difficultés liées à la séparation,
Vous n’arrivez pas à vous mettre d’accord sur l’organisation de votre séparation (pension alimentaire, droit de visite et d’hébergement, etc),
Vous n’arrivez plus à vous parler,
Vous désirez renouer le dialogue entre membres de la famille,
Vous auriez besoin d’une tierce personne pour vous permettre de trouver des solutions adaptées à votre situation...

La Caisse d’allocations Familiales met à votre disposition un service de médiation familiale qui peut vous aider à renouer le dialogue et vous permettre d’aborder tous les points litigieux dans un cadre de confidentialité.

La médiatrice familiale peut répondre à vos questions et vous fournira des informations pratiques sur le déroulement d'une médiation lors d'une permanence,

La médiation familiale permet de dépasser le conflit, de rétablir le dialogue familial et de maintenir les liens dans l’intérêt de l’enfant.

La Médiation est un processus mené par un tiers indépendant, impartial et neutre, choisi par les protagonistes du conflit qui, au cours d'entretiens confidentiels, les aide à résoudre par eux-mêmes leur conflit.

 

Références juridiques

Trois lois fondent juridiquement la médiation familiale en France :

1- en 1995, la loi du 8 février relative à l’organisation des juridictions et à la procédure civile, pénale et administrative (Décret du 22 juillet 1996)
2- en 2002, la loi du 4 mars relative à l’autorité parentale (Décret d’application du 3 décembre 2002)
3- en 2004, la loi du 26 mai relative au divorce (Décret d’application du 29 octobre 2004).

Ces deux derniers textes concernent spécifiquement la médiation familiale.

Pour aller plus loin

Définition de la médiation familiale

Questions / Réponses.

 

LES LIEUX D’ACCUEIL ENFANTS PARENTS (L.A.E.P)

Etre parent, c’est le début d’une grande aventure qui bouscule beaucoup de certitudes. Aucune recette n’existe pour "bien élever" un enfant. Mais parfois, il peut être utile de prendre du recul, de se faire accompagner, de parler, d’exprimer ses préoccupations.

Pour trouver une oreille attentive, un accompagnement et un soutien ………….Parents, dirigez vous vers les lieux d'accueil enfants-parents

Les Lieux d'Accueil Enfants Parents (LAEP) sont des lieux de rencontre, d'écoute, de parole et de réassurance, où sont accueillis conjointement l'enfant et ses parents ou l'adulte qui l'accompagne.

Très souvent méconnus du grand public les Laep ont été mis en place pour conforter la relation parents - enfants et valoriser le rôle et les compétences des parents.

La Caf de la Martinique soutient fortement le développement de ces Lieux :

  • Lieux de socialisation, non seulement pour les enfants accueillis, mais également pour les parents, accompagnants et accueillants qui y créent de nouveaux liens et permettent de créer des sentiments d’affiliation, d’appartenance, à un quartier, à une collectivité, à une communauté éducative.
  • Lieu d'éveil, de découverte et de jeux libres où l'enfant de 0 à 6 ans s'épanouit à son rythme au contact d'autres enfants. A travers le jeu, l'enfant trouve l'occasion, dans un climat de confiance et de respect, de développer éveil et autonomie.
  • Lieu d'échanges et de soutien pour les parents, développant une approche particulière de l’accompagnement précoce et de la fonction parentale basée sur l’écoute et l’change autour du lien familial et social.

Brève histoire des Lieux d’Accueil Enfants-Parents en France

Les Lieux d’Accueil Enfants-Parents (LAEP) sont de création récente et leur forme est variée. Lieux de rencontre, d’écoute, de parole et de réassurance dans une perspective de prévention des troubles de la relation Parents enfant, ils accueillent conjointement l’enfant et ses parents ou l’adulte qui l’accompagne. Leur fréquentation est libre et l’anonymat respecté
Les deux premiers lieux ont vu le jour dans les années 1970 et sont d’inspiration psychanalytique. Il s’agit du « Club parents-enfants » de l’IRAEC, et de la Maison Verte.
L’IRAEC (Institut de Recherche Appliquée pour l’Enfant et le Couple) : des psychanalystes à la rencontre du social: En 1976, les psychanalystes de l’IRAEC ouvrent le « Club parents-enfants »:

« Notre volonté est de pénétrer le champ social, que la psychanalyse soit accessible à des gens qui n’en auraient pas entendu parler, et ne soit pas réservée à des initiés, à des intellectuels, ou à une classe aisée ».
La création de ce lieu s’appuie sur deux idées fortes :

d’une part que l’enfant, sujet et être de parole, dit quelque chose par ses symptômes et qu’il faut l’entendre pour éviter des perturbations plus graves,

et d’autre part que les parents, et principalement les mères, ont besoin d’être entendues et soutenues après une naissance.

La Maison Verte: Françoise Dolto crée les Maisons Vertes avec comme postulat «des symptômes qui amènent à consulter pour un enfant plus grand auraient pu être évités par une écoute précoce.». L’isolement actuel des parents ne facilite pas l’éducation de leurs enfants. Si la socialisation des enfants, au sens des relations extra-familiales, est jugée nécessaire, la séparation qui lui est souvent associée peut être une expérience traumatisante. La réponse est donc dans la création d’un lieu s’appuyant sur les deux aspects de la socialisation et de la prévention, hors des dispositifs classiques.

Autour de Françoise Dolto, l’équipe de départ est composée à la fois de psychanalystes et de personnes issues du milieu éducatif, désireux d’offrir un lieu où se pratique au quotidien une écoute du quotidien avec une architecture particulière:

  • l’anonymat des personnes accueillies,
  • le changement d’accueillants chaque jour,
  • l’absence de réunions ou de supervisions qui conduiraient à une synthèse ou une anamnèse,
  • le refus de dépendre d’une institution.

Des « Maisons Vertes » aux « Maisons Ouvertes »
En 1990, la Fondation de France, le Fonds d’Action Sociale pour les travailleurs immigrés et leurs familles et la Caisse des Dépôts et Consignations décident de soutenir la création de lieux innovants pour les jeunes enfants dans des quartiers d’habitat social.
En 1991, un important travail d’information et de réflexion est accompli entre des responsables de la CNAF et des CAF départementales, et des lieux d’accueil (la Maison Verte et l’IRAEC entre autres) afin de formaliser le concept "LAEP".

En 1996, une ligne budgétaire nationale de la CNAF est créée permettant aux LAEP de bénéficier d’une prestation de service spécifique afin que les CAF ne financent pas sur leurs fonds propres
La contrepartie de la création de la prestation de service de 1996 a été la définition d’un certain nombre de critères conditionnant son versement.

Mission du Laep

Le Laep a pour mission de ;

  • Favoriser la relation enfant parent,
  • Renforcer les identités et valoriser les compétences,
  • Prévenir la maltraitance et les phénomènes liés à l’isolement social, en dehors de toute visée thérapeutique.

Le Laep a pour première fonction d’accueillir tous les enfants de moins de 6 ans accompagné de son ou ses parents (ou d’un adulte référent ayant un lien de famille et/ou professionnel avec l’enfant) sans jugement de la part des accueillants, dans le respect de la confidentialité et de l’anonymat.

Il ne s’agit pas d’un mode de « garde » comme les halte-garderies qui accueillent uniquement les enfants et répondent à d’autres conditions de fonctionnement

Les LAEP sont ouverts sur des plages d’accueil pendant lesquelles les accueillants reçoivent l’enfant en présence de l’adulte qui l’accompagne

C’est l’adulte accompagnateur qui est responsable de l’enfant pendant la durée de l’accueil.

Les jeux à disposition sont des supports favorisant la relation entre adultes et enfants.

Les accueillants écoutent les parents parler du quotidien.

Leur neutralité s’exprime à travers une absence de jugement et de questions intrusives.

 PRINCIPES DE FONCTIONNEMENT :

  • Participation des adultes basée sur le volontariat
  • Respect de l’anonymat et de la confidentialité
  • Neutralité des accueillants
  • Principe de gratuité
  • Présence à chaque séance d’au moins 2 accueillants, formés à l’écoute et supervisés régulièrement par un professionnel compétent
  • Un service identifié par un gestionnaire
  • Un budget et un local spécifiques

Personnel accueillant d’un Laep

Le “métier” d’accueillant d’un Laep n’existe pas, il s’agit d’une fonction exercée le plus souvent à temps partiel sur plusieurs demi-journées. La présence de deux accueillants, et tous deux formés à l’écoute est exigée en permanence pendant les heures d’ouverture du Laep

Ils sont garants du bon fonctionnement du lieu et du règlement intérieur et éthique de la structure

Il est souhaitable que l’accueillant ait une expérience professionnelle dans le domaine de la petite enfance. Cela peut être le cas pour des personnes titulaires de diplômes de travailleur social, des puéricultrices, des psychologues, des psychothérapeutes, des éducatrices de jeunes enfants.

Des accueillants de formation initiale différente intervenant en meme temps sont à privilégier.

Dans tous les cas, les accueillants doivent connaître les étapes clefs du développement de l’enfant et avoir des notions de psychosociologie de la relation de l’enfant.

Ils doivent être en mesure de mener à bien les missions du Laep, de gérer les temps d’accueil (horaires, activités, présence effective de 2 accueillants à chaque séance…).

L’accueillant doit remplir 4 fonctions :

  • Mise en oeuvre du projet éducatif et social du Laep.
  • Aménagement du Laep.
  • Accueil des familles et animation du Laep.
  • Évaluation du Laep.

 Supervision

Ce sont des temps réguliers d’échange et de réflexion qui s’adressent aux accueillants, leur permettant d’évoluer dans leur pratiques.

A partir d’une situation rencontrée au cours de leur pratique, les personnes échangent leurs expériences, élaborent des hypothèses et pistes d’actions pour tenter d’y trouver collectivement des solutions adaptées.

L’analyse permet d’approfondir les thèmes abordés, d’enrichir la réflexion et d’exprimer des ressentis parfois difficile à gérer et à partager.

Une supervision comprend 4 à 6 séances minimum sur l’année par un professionnel indépendant (souvent psychologue, psychothérapeute…).

Le coût de la supervision est pris en compte dans le budget de fonctionnement de la structure

Règlement intérieur

 Un règlement intérieur ou une charte d’accueil doit être élaboré par le gestionnaire avec les parents. Il sera ensuite affiché dans le Laep

Ce règlement intérieur doit reprendre notamment :

  • Les modalités de fonctionnement :
    • accès libre, sans inscription, basé sur le volontariat ;
    • ouverture du lieu à raison d’une demi-journée par semaine ;
    • les horaires d’ouverture ;
    • l’inscription sur un tableau ou une fiche de la date, du prénom de l’enfant, de son âge.
  • L’anonymat et la confidentialité.
  • Le rappel aux adultes que l’enfant est sous la responsabilité du parent.
  • Le respect des limites d’âge.
  • Le nombre maximum de personnes par séance.
  • Le respect des règles de vie.
  • Les consignes concernant les locaux.
  • Les règles concernant les activités (par exemple chaussures enlevées pour les structures de motricité, tablier obligatoire pour les activités d’eau et de peinture, rangement du matériel après les activités, etc.).

Le règlement peut être amendé et complété au cours de la vie du Laep.

Charte de l’accueillant

Chaque Laep peut éventuellement finaliser un document qui définit clairement les compétences et les responsabilités des accueillants.

Cette « charte de l’accueillant» constitue un cadre de référence pour les accueillants, en particulier pour les nouveaux.

Elaboration d’un Projet éducatif et social (Pes)

Le gestionnaire élabore le Pes et le présente pour validation à la Caf et et à la Pmi.

Il doit également mettre en oeuvre le bilan du Pes.

La recherche de qualité doit être le fil conducteur du Pes. Il doit concerner :

  • L’enfant : accueil, connaissances sur le développement de l’enfant et de son autonomie.
  • Les parents : accueil, échanges, réponses autour de questions éducatives, d’éveil et de socialisation de l’enfant.
  • Les professionnels : qualification, complémentarité des accueillants, analyse de pratiques et formation continue

Accueil des familles et animation du Laep

Accueillir les familles, c’est organiser l’accueil des enfants et des adultes accompagnants, en garantissant une qualité d’accueil dans laquelle chacun peut se retrouver :

  • Faire respecter les règles de fonctionnement adoptées.
  • Valoriser les compétences des parents en favorisant l’expression et la participation de chacun (adulte et enfant)..
  • Être à l’écoute et disponible, en se situant dans une écoute bienveillante, dans la tolérance et le respect d’autrui et non dans le conseil.
  • Être en capacité de prendre du recul par rapport à ses propres références en matière d’éducation et de parentalité.
  • Reformuler les questions pour amener chacun à réfléchir et trouver ses éléments de réponse.
  • Être en capacité d’orienter les parents en fonction de leur demande vers un autre interlocuteur, plutôt que de vouloir soi-même répondre à toutes leurs questions (ce qui implique de connaître localement les autres interlocuteurs).
  • Être attentif à l’évolution de l’enfant et à ses relations avec l’adulte référent présent.

Animer le Laep, c’est favoriser la prise d’initiative et l’appropriation du lieu par les adultes accompagnants. Proposer, préparer et animer des activités en favorisant en amont et en aval la participation des adultes accompagnants.

Les partenaires financiers

La Caisse d’Allocations Familiales

  • LA PRESTATION DE SERVICE LAEP

La Caf verse une prestation de service Laep, dont le montant est fixé chaque année, dans la limite du plafond défini par la Cnaf.

  • LA PRESTATION DE SERVICE CONTRAT ENFANCE JEUNESSE

La Prestation de Service Contrat enfance jeunesse (Cej) selon les modalités fixées dans le contrat de la (ou les) collectivité(s)signataire(s) doit être obligatoirement mobilisée pour mettre en oeuvre le projet Laep.

  • L’AIDE A L’INVESTISSEMENT

Le gestionnaire du Laep peut présenter également une demande d’aide à l’investissement (subvention pour les associations – prêt pour les communes),pour l’acquisition et/ou la rénovation du local ainsi que pour l’équipement et le matériel pour le Laep.

Le Conseil général

Le Conseil général peut participer au financement des Laep, par l’attribution de subventions annuelles.

Les communes

Les communes, groupements de communes ou communautés de communes peuvent financer les Laep, qu’ils soient en gestion directe ou non.

Autres financeurs

Les Laep situés sur des secteurs “politique de la ville”, peuvent éventuellement bénéficier de financements dans le cadre des contrats urbains de cohésion sociale (Cucs).
D’autres partenaires sociaux peuvent être recherchés par le gestionnaire (par exemple des bailleurs sociaux…).
Les fondations peuvent être sollicitées

Financement Caf

La Caf verse une prestation de service Laep, dont le montant est fixé chaque année, dans la limite du plafond défini par la Cnaf.

Le versement de la prestation de service Laep s’inscrit dans le cadre d’une convention d’objectif et de financement, finalisée entre la Caf et le gestionnaire qui contient les engagements suivants :

  • « Accueil des enfants âgés de moins de 6 ans, accompagnés d'un parent ou d'un adulte responsable ;
  • Avis favorable des services de la Protection maternelle et infantile (Pmi).
  • Élaborer un projet éducatif et social agréé par les services de la Protection maternelle et infantile (Pmi) et les services de la Caf
  • Participation des adultes reposant sur le volontariat, le respect de l'anonymat et de la confidentialité ;
  • Absence de visée thérapeutique tant à l'égard des enfants que des familles ;
  • Présence à chaque séance d'au moins deux accueillants formés à l'écoute et supervisés régulièrement par un professionnel compétent ;
  • Service identifié par un gestionnaire, un budget et un local spécifiques ;
  • Modalités d'évaluation comprenant au moins :
    • Le nombre et l'âge des enfants accueillis ainsi que leur lien avec l'adulte accompagnant,
    • La liste des accueillants, leur qualification et leur statut,
    • La durée et la fréquence des séances.

Localisation des Laep dans le département

 Dans ces Laep, votre enfant pourra :

  • Rencontrer d’autres enfants ;
  • Partager des moments de jeux ;
  • Acquérir de l’autonomie et se préparer à la collectivité : entrée en crêche, école...
  • Se familiariser avec des règles de vie en société.

Et pour vous Parents…………vous aurez :

  • La possibilité de jouer autrement avec votre enfant ;
  • Découvrir ou redécouvrir votre enfant ;
  • Échanger votre expérience avec les autres parents et futurs parents ;
  • Faire des rencontres ;
  • Rencontrer des professionnels de la petite enfance
  • Faire une pause...

Les Espaces de Rencontre

L’Etat et la Branche Famille se sont engagés, à soutenir les Espaces de Rencontre afin de les intégrer dans une l’offre globale d’appui à la parentalité

La Convention d'Objectifs et de Gestion État-CNAF pour la période 2013-2017 prévoit de développer l'offre d'espaces de rencontres et la mise en place d'un financement national structuré.

À compter de 2015, il prendra la forme d'une prestation de service dédiée.

Cette solution permettra de pérenniser et d'augmenter les financements consacrés au développement des espaces rencontres.

Reconnus juridiquement depuis 2007, les espaces de rencontre destinés à maintenir ou rétablir un lien entre les parents et enfants lors de ruptures familiales graves devront désormais disposer d’un agrément pour leur mission.

Sur le territoire national, il existe environ 150 espaces de rencontre

Un lieu créé dans l’intérêt de l’enfant

En cas de séparation ou de conflits graves entre deux parents, la justice par décision du juge aux affaires familiales ou du juge des enfants peut, dans l’intérêt de l’enfant, ordonner des rendez-vous en espace de rencontre.
selon les textes officiels, l’espace de rencontre est un « lieu d’accès au droit, neutre et autonome, permettant, dans l’intérêt de l’enfant, l’exercice d’un droit de visite, la remise de l’enfant à l’autre parent ou la rencontre entre l’enfant et ses parents ou ses proches ».
Ces espaces de rencontre sont organisés et animés par des professionnels, « des psychologues cliniciens, thérapeutes familiaux et travailleurs sociaux ».

Un agrément désormais obligatoire

Pour un niveau d'accueil optimal, le décret publié au Journal Officiel de la République (JORF) du 17 octobre 2012 fixe désormais « les modalités d'organisation et de fonctionnement des espaces de rencontre ».
Ce décret impose aux gestionnaires de ces espaces de rencontre (associations, administrations publiques ou privées) d’avoir un agrément.
À compter du 1er septembre 2013, seuls les espaces possédant cet agrément pourront faire « l'objet d'une désignation par l'autorité judiciaire ».
« La demande d'agrément doit être adressée au préfet de département du lieu d'implantation de l'espace de rencontre. Elle est instruite par la direction départementale en charge de la cohésion sociale »

Parents après la séparation

 

Réouverture du LAEP «BETA FE» le 1er juillet 2020

Le Lieu d’Accueil Enfants Parents » BETA FE » réouvre ses portes sur
rendez-vous les mercredis et jeudis sur deux plages horaires
9h00 à 10h15 et de 10h45 à 11h30.

Les professionnels

Les actions
error: Contenu protégé