Définition du Clas

« Ensemble des actions visant à offrir, aux côtés de l’École, l’appui et les ressources dont les enfants ont besoin pour réussir ; appui qu’ils ne trouvent pas toujours dans leur environnement familial et social »

L’Ecole s’efforce de développer diverses formes d’aide et de soutien aux élèves pour mener ces derniers à la réussite et à l’accès au savoir.

Différentes organisations accompagnent l’Ecole dans cette démarche et jouent ainsi un rôle de compléments et de partenaires aux démarches éducatives de l’Ecole. Ces organisations doivent entretenir des liens particuliers avec les écoles et les villes afin de développer des thématiques et des activités en cohérence avec les souhaits et les programmes de l’école.

L’accompagnement à la scolarité s’adresse à tous les jeunes des écoles primaires, collèges et lycées et plus particulièrement aux jeunes en difficultés qui nécessitent une attention particulière et un cadre propice au travail et à l’accès au savoir.

Ainsi, la principale priorité est de compenser les inégalités qui subsistent dans l’accès à la culture et au savoir, écart souvent creusé pendant le temps où les enfants et les jeunes ne sont pris en charge ni par l’école ni par les parents. Outre les diverses activités mises en places pour les jeunes et les enfants après leur enseignement scolaire, l’accompagnement à la scolarité vise aussi à informer les parents et à les accompagner dans le suivi de la scolarité de leurs enfants.

Une solution complète et adaptée aux besoins des jeunes dans leur apprentissage des connaissances

Mis en œuvre en partenariat, le Clas s’inscrit dans les politiques éducatives territoriales, vise au renforcement de l’égalité des chances des enfants et des jeunes, et concourt à la prévention des difficultés des enfants en lien avec leur scolarité.

Ce dispositif figure parmi les leviers de la politique d’action sociale des Caf en matière de soutien à la parentalité, il participe à la valorisation des compétences et des responsabilités éducatives des parents.

Les actions soutenues sont dispensées durant l’année scolaire.

Elles ont lieu en dehors du temps de l’école, sont distinctes des actions d’aide individualisée ou de soutien scolaire mises en œuvre par les établissements scolaires.

Elles sont articulées avec les projets des établissements scolaires et les actions menées par les réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents – R.E.A.A.P

Centrées sur l’enfant, les actions doivent susciter son adhésion et celle de sa famille, faciliter les relations entre les familles et l’école, accompagner et aider les parents dans le suivi et la compréhension de la scolarité de leur(s) enfant(s).

Quelques dates

1981 Une circulaire propose en juillet la création d’études  » assistées « , d’initiative associative, pour les enfants immigrés scolarisés à l’école élémentaire, différente des études  » surveillées « , organisées par les municipalités, et payantes.
1982

Des actions éducatives périscolaires sont organisées, à titre expérimental, pour les enfants étrangers du cour moyen seulement, et hors de l’école de préférence, puis étendues en 1984 aux enfants scolarisés au cours moyen et au cours élémentaire 2 e année dans les zones d’éducation prioritaire (ZEP) et financées largement par le Fonds d’action sociale (FAS).
1990 Circulaire du 10 mai : les actions éducatives périscolaires (AEPS) concernent les enfants étrangers et d’origine étrangère, ainsi que les enfants scolarisés en zone d’éducation prioritaire (ZEP) à l’école élémentaire, en 6e et en 5e .
1992 La Charte de l’accompagnement scolaire est signée le 7 octobre 1992 par de nombreux ministères et de nombreuses grandes associations y adhèrent.
Les réseaux solidarité école (RSE) sont créés, à titre expérimental, pour aider les collégiens, par circulaire du 25 août.
1994 Les actions éducatives périscolaires (AEPS) sont élargies aux élèves du second degré ; les réseaux solidarité école (RSE) sont étendus à quatre régions.
1996 Les contrats locaux d’accompagnement à la scolarité (CLAS) sont créés à l’intention des élèves de l’école, du collège et du lycée, des ZEP et des ZUS uniquement.
1998 Le contrat éducatif local (CEL) est mis en place (circulaire du 9 juillet).
1999 Les contrats locaux d’accompagnement à la scolarité sont étendus à l’ensemble du territoire.
2000 AEPS, RSE et CLAS sont fondus dans un seul dispositif qui garde le nom de contrat local d’accompagnement à la scolarité.
2001 La Charte nationale de l’accompagnement à la scolarité est signée.
2008 Généralisation par l’éducation nationale de l’accompagnement éducatif sur les collèges et sur les écoles primaires de l’éducation prioritaire. Appel à projet CLAS selon les modalités définies dans la circulaire annuelle (voir textes de références)
2009 Reconduction du dispositif « Accompagnement éducatif » sur les mêmes secteurs.
Lancement d’un appel à projet CLAS sur des financements CAF s’il y a un co-financement assuré par ailleurs.

 

Objectifs du Clas

  • Aider les jeunes, en utilisant les technologies de l’information et de la communication (acquisition des méthodes, des approches, des relations pour faciliter l’accès au savoir)
  • Élargir les centres d’intérêt des jeunes et promouvoir leur apprentissage de la citoyenneté (ressources culturelles, sociales et économiques)
  • Valoriser leurs acquis afin de renforcer leur autonomie personnelle et leur capacité de vie collective (entraide et tutorat)
  • Accompagner les parents dans le suivi de la scolarité de leurs enfants

Rôle

La complexité du système éducatif, les difficultés rencontrées par les familles les plus démunies à accompagner leurs enfants dans leur scolarité, l’importance, pour la réussite scolaire du travail personnel accompli hors du temps scolaire, font de l’accompagnement à la scolarité un complément et un partenaire indispensables de l’Ecole.

Enjeu du Clas

Rendre possible un changement d’attitude de l’enfant ou du jeune au regard des apprentissages et des objets culturels proposés par l’Ecole. (Permettre à des jeunes de reprendre espoir, de comprendre, d’éprouver du plaisir à faire et à découvrir… en petits groupes)

Nécessité d’identifier la nature des difficultés :

  • Celles liées à une réaction de découragement, de perte de confiance en soi, d’inquiétude face à une attente de l’Ecole ?
  • Celles résultant d’un désinvestissement et d’une démotivation pour tout ce qui concerne l’Ecole ?
  • Celles liées à des phénomènes extérieurs à l’Ecole et concernant l’environnement de l’élève (problèmes familiaux, précarité, violence…) ?
  • Toutes ces difficultés à la fois ?

Type d’Actions

  • Aide Méthodologique
  • Aide à la réalisation des devoirs
  • Aide spécifique dans certaines disciplines
  • Activités scientifiques, et techniques
  • Initiation aux outils informatiques
  • Jeux éducatifs
  • Accès à un centre de ressources documentaires
  • Activités impliquant les parents
  • Sorties, visites

QUELQUES PRINCIPES A RESPECTER

  1. Concernant les modalités de mise en oeuvre

 Les actions doivent avoir lieu :

  • En dehors du temps scolaire,
  • Dans des espaces adaptés (éventuellement locaux scolaires)
  • En complémentarité avec les projets des écoles et des établissements,
  • En conformité avec les principes généraux définis par la charte nationale.
  1. Concernant les caractéristiques

Les actions nécessitent :

  • Un travail en groupe restreint, maximum 15 enfants de même niveau scolaire, avec des horaires adaptés,
  • Un renforcement de l’implication des parents dans leur rôle éducatif,
  • Une adhésion des enfants et de leur famille avec les modalités de suivi et d’information.
  1. Concernant les intervenants et les encadrants
  • La tâche de l’accompagnement scolaire exige une compétence et des connaissances fondées notamment sur l’expérience,
  • Une attention particulière doit être portée au recrutement et à l’encadrement des accompagnateurs à la scolarité, au suivi et à l’évaluation de leurs interventions,
  • Il est souhaitable que la personne responsable de l’encadrement possède un niveau de formation équivalent à BAC + 2 et une expérience professionnelle d’animation ou d’éducation.

L’intervenant Clas

La tâche de l’accompagnateur exige :

  • Une compétence fondée sur l’expérience, et notamment une bonne connaissance de l’environnement social et culturel immédiat,
  • Un bon degré d’information sur le fonctionnement de la scolarité,
  • Un sens aigu de la relation avec les enfants et les jeunes, comme avec leurs familles.

Indépendamment de ses qualifications, il est à l’écoute, disponible et sait établir une relation de confiance avec l’enfant ou le jeune, les familles et l’Ecole.

Il est engagé dans une démarche de solidarité

Missions de l’intervenant Clas

A partir d’un projet défini en fonction des besoins repérés chez l’enfant et le jeune, il a pour mission :

  • de suivre, d’encourager et accompagner la progression des enfants et des jeunes
  • de proposer des actions et des pratiques fortement centrées sur l’acquisition de savoirs, savoir-faire, savoir-être
  • de mettre l’enfant ou le jeune en situation de réfléchir, d’expérimenter, de s’exprimer afin de lui permettre de confronter et d’enrichir ses représentations
  • de compenser les inégalité sociales et culturelles des enfants et des jeunes en leur proposant des activités diverses leur permettant d’élargir leurs connaissances et leurs expériences
  • d’élaborer un projet construit qui passe par la découverte, l’expérimentation, la réflexion, puis la mobilisation des savoirs appris
  • de proposer une palette d’activités, différenciées, concrètes, organisées, de façon à susciter appétence et plaisir
  • d’apporter une aide méthodologique au travail scolaire
  • d’entretenir des relations aisées avec les familles et les responsables scolaires
  • d’encourager les rencontres avec d’autres personnes (personnes âgées, responsables associatifs, pairs…)

Encadrement, information et formation des accompagnateurs

Encadrer, informer, former les accompagnateurs est important pour l’efficacité et la crédibilité des actions d’accompagnement à la scolarité.

Des réunions régulières entre accompagnateurs, pilotées par le coordonnateur, permettent l’échange d’outils et d’observations et une meilleure analyse des situations.

Des réunions d’échanges de pratique peuvent être organisées avec un accompagnement extérieur (à dimension psychologique par exemple).

Au niveau départemental:

Des temps de regroupement permettent, en fonction d’une analyse des attentes et des besoins, une réflexion et des apports sur la place et les objectifs de l’accompagnement à la scolarité.

Des formations sont proposées à tus les intervenants Clas du département

Ces formations sont gratuites

Textes de Référence

Pour en savoir plus : http://www.education.gouv.fr